en EN fr FR pt PT es ES

Au Tchad, le JRS crée des crèches dans les centres éducatifs afin d’assurer un avenir pour les mamans

Par AOC Communications

Dormant sur des couvertures chaudes, les bébés ne semblent pas remarquer la chaleur et les rires venant de la cour de récréation de l’école à l’extérieur. Ils ont aussi chanté des chansons, joué et écouté des contes à l’intérieur de la salle ombragée. Leurs mères peuvent venir les nourrir le matin jusqu’à la fin des cours à midi, et il est temps de rentrer à la maison.

Cette crèche est située à côté de l’école primaire et secondaire du camp de réfugiés de Kounoungou, dans l’est du Tchad. La crèche accueille principalement des citoyens soudanais fuyant le conflit au Darfour. La crèche a été construite en 2012 par le Service jésuite des réfugiés (JRS) Tchad et le HCR. Dans les communautés de réfugiés et les communautés locales de tout le pays, des milliers de filles abandonnent l’école en raison de mariages et de grossesses précoces. Avec l’aide limitée de leurs maris et des institutions publiques, de nombreuses femmes luttent pour conserver un emploi tout en s’occupant de leur famille.

 

Poursuivre les études tout en étant mères

Des espaces sécurisés tels que les crèches dans les centres éducatifs aident les jeunes mères et les enseignants à aller à l’école, tandis que leurs enfants sont accompagnés et divertis à proximité. Plus de 42 bébés sont amenés dans les deux salles du camp de Kounoungou chaque jour d’école. Raouda, l’une des trois assistantes de la crèche de l’école primaire, se promène parmi les petits avions, les poupées, les pièces de puzzle et les enfants éparpillés sur des tapis colorés. Elle vit dans le camp depuis 2004 et travaille à la crèche depuis plus de neuf ans : « Ce qui me motive dans mon travail, c’est d’aider les filles et les enseignants à faire leur travail », explique Raouda. « L’éducation est très importante pour les filles, car elle leur permet de s’instruire et d’éduquer leurs enfants », ajoute-t-elle. « J’amène mon enfant tous les jours de 7h à 13h », explique Mourra, 22 ans, déplacée au Tchad depuis 2009. Elle est en quatrième année de lycée et rêve de devenir médecin. « La crèche m’a vraiment aidée à poursuivre mes études », dit-elle.

jrs Tchad 1

Combiner la maternité et l’enseignement

Aicha, 32 ans, jongle entre l’enseignement de cinq heures par jour à l’école et le fait d’être mère de cinq enfants. Elle travaille les mêmes heures qu’un homme, mais les tâches domestiques l’attendent l’après-midi. Il est difficile de trouver un moment pour se reposer car elle doit aussi préparer la classe du lendemain à la maison. Elle a dû reprendre le travail quarante-cinq jours après avoir donné naissance à son dernier fils. « Ce n’était pas suffisant car il est trop petit », dit-elle. « La crèche m’aide beaucoup car mon esprit est calme pendant que je travaille », explique Aicha, « je laisse mon bébé ici et je suis sûre qu’il est en sécurité et qu’on s’occupe bien de lui ». Elle peut travailler deux heures, l’allaiter pendant la pause scolaire et retourner avec ses élèves normalement. Aicha et Raouda souhaitent toutes deux que l’on investisse davantage dans les centres. Elles trouvent l’espace trop petit et ont besoin de jouets et de couvertures pour aider leurs bébés à se reposer et à profiter au maximum de tout en attendant leurs mères.