en EN fr FR pt PT es ES

French Articles

L’engagement de l’Ecojésuit dans la construction de la nouvelle normale

La vulnérabilité humaine et la dégradation de l'environnement sont mises à nu une fois de plus alors que la pandémie se développe et que la des informations venant des différents pays révèlent la propagation du virus. Nous sommes tous en danger, mais, comme pour d'autres catastrophes, ce sont toujours les pauvres et les marginalisés qui souffrent le plus de la négligence continue de notre société, ce qui leur laisse des options limitées et des voix affaiblies.

La Pauvreté dans les bidonvilles: le cas d’Abobo- Sagbé

Par Mathew Bomki SJ

Parler de la pauvreté dans un bidonville est un pléonasme ou tout simplement une tautologie. UN-Habitat définit un bidonville comme une zone urbaine manquant des services de base, avec une population vivant dans des logements précaires, insalubres et surpeuplés . Les termes « taudis », « bidonvilles », « habitats informels », « établissements informels », « quartiers informels », « squats » ou bien « foyers à faibles revenus » sont souvent employés de manière interchangeable dans les travaux d’experts et les documents officiels (issus par exemple des sources FMI, Banque mondiale, AFD, ONU Habitat, PNUD, etc.) Dans l’univers anglophone, les bidonvilles sont désignés par les expressions « shanty town » ou « slum » tout simplement.

Pénurie d’eau : Un casse-tête pour les ménages à Abobo-Sagbe

Par Mathew Bomki SJ,  Paroisse d’Abobo

Ce qui frappe quand on vient à Abobo pour la première fois c’est le manque d’eau. Venant d’un environnement où on a de l’eau en permanence, comme par exemple à Cocody, la situation à Abobo semble intenable. Comment expliquer une telle aberration au 21e siècle ? Ici, à Abobo, le liquide précieux est de l’or. Des femmes surtout doivent parcourir des distances considérables pour avoir de l’eau. Cette situation perdure depuis longtemps.

Les organisations confessionnelles pour la Journée Mondiale des Réfugiés 2020 « Connaître pour comprendre »

World Refugee Day statement image

Dans son Message sur les migrants et les réfugiés, le pape François invite toutes les personnes de foi et de bonne volonté à connaître les migrants et les réfugiés, et en particulier, cette année, ceux qui ont été contraints de fuir mais qui n’ont pas pu franchir les frontières internationales : les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI).

Goma: JRS a renforcé les mesures de protection

Gustave Lobunda SJ, Directeur A.I. Pays

La Province du Nord-Kivu a 43 cas testés positifs au COVID 19. La ville de Goma qui est l’épicentre de la pandémie dans cette province est isolée de autres territoires. Vu l’augmentation de cas dans la ville de Goma, JRS a renforcé les mesures de protection. Le port de masque est obligatoire dans les installations de JRS.

Un Esprit, un Monde, une Veille

Le dimanche 31 mai, l'Église universelle célébrera la fête de la Pentecôte. Le Saint-Esprit ne se contente pas de transformer la vie des disciples en apôtres, il fait naître l'Église et l'envoie à toutes les nations, en surmontant les divisions de langue, de race, de classe. L'Esprit nous rassemble, quel que soit notre état ou notre condition, dans la nouvelle communauté du Christ. Nos vies et notre monde sont restaurés et renouvelés.

Zambie-Malawi : Les jésuites s’engagent dans la lutte contre le Covid-19

Camille Mukoso SJ – Cité du Vatican

Les jésuites de la Province de Zambie-Malawi ont lancé une initiative visant à aider les personnes les plus démunies à combattre les conséquences néfastes de la propagation du nouveau coronavirus.

Les effets dévastateurs de la pandémie du Covid-19 sur la vie sociale du monde ne sont plus à démontrer.

 Les gouvernements africains doivent protéger les pauvres et les vulnérables des effets de la Covid-19

COMMUNIQUÉ
Nairobi | 15 mai 2020

La Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM) a pris une décision sans précédent et s'est engagée à travailler ensemble pour accélérer le soutien social aux pauvres des villes en Afrique au milieu de la pandémie de la Covid-19.

COVID-19 comme parabole de la communauté

Image by Miroslava Chrienova from Pixabay

Amadi Eziokwubundu SJ

Etrange, visible, maussade, pénétrant, ... Aucun adjectif ne pourrait mieux décrire le silence qui enveloppe notre quartier d’Angré tous les soirs. Ce climat nocturne est encore plus flagrant dans la partie du quartier où se trouve notre théologat et communauté jésuite, parce que, là, il y a moins de maisons et d’habitants. Ce nouveau climat a commencé le 23 mars ; le jour où le couvre-feu nocturne (de 21 h à 5 h du matin) est entré en vigueur à Abidjan.

Covid-19 : L’ITCJ outille des agents pastoraux

Compte-rendu réalisé par ADJAHO Togla Renaud SJ

Du Lundi 04 au samedi 09 Mai 2020, le Centre de Counseling Professionnel et de Pastorale Clinique (COPAC) de l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ), en collaboration avec le Centre de Recherche et d'Action pour la Paix (CERAP), a organisé une formation pour les prêtres, religieux et religieuses en Afrique.

Les malheurs du covid-19 : une occasion pour repenser les bidonvilles comme Abobo ?

Par Bomki Mathew SJ

Le monde entier ploie sur le joug de Covid-19. Les pays développés sont submergés par l’acuité de la pandémie. Les ravages sont incalculables. Et la perte en vies humaines a atteint des proportions astronomiques. L’onde de choc suscité par ce malicieux virus est inédite et déconcertante. Nous vivons une sorte de « mondialisation de la mort » causée par covid-19. La désolation engendrée par cette catastrophe sanitaire est déroutante.