en EN fr FR pt PT es ES

Visite du Pape François à Madagascar : les malgaches vivent un temps de joie et d’espérance

par S.Simon Rabemaharavo et P. Nicolas Pesle, SJ

 

Le Pape François est arrivé à Madagascar, ce 6 septembre 2019.

La joie est immense pour tout le peuple malgache en accueillant le Pape François, « semeur de paix et d’espérance », selon la devise du voyage apostolique du Pape à Madagascar. Le Pape a foulé le sol malgache hier après-midi, à 16 heures, heure locale, soit à 13 h GMT, à l’aéroport d’Ivato. Il est d’abord accueilli par le Nonce Apostolique, Paolo Rocco Gualtieri, puis par le couple présidentiel Andry Rajoelina, avant de saluer le cardinal Désiré Tsarahazana et tous les évêques de Madagascar.

Le Pape François a été bien accueilli à son arrivée, d’une manière spéciale par le MEJ, Mouvement eucharistique des jeunes (FET, en malgache), acteur fervent du Réseau mondial de la prière du Pape. Ce groupe de jeunes a reçu le Pape en chantant pour lui et en priant pour lui. Une petite fille et un jeune garçon, représentant les jeunes et le peuple malgache, lui ont offert le cadeau de bienvenue, lors de son arrivée.

Après un bref mot d’accueil du président de la République, entouré des évêques, dans le salon d’honneur de l’aéroport, le Pape est monté dans la papamobile Karenjy, made in Madagascar ! Il a salué la foule qui était venue très nombreuse à sa rencontre. Tous étaient très émus en voyant le Pape et en recevant sa bénédiction. Des cris de joie « Pape François ! » fusent de partout, sur tout le chemin du Pape, depuis Ivato jusqu’à Tsarasaotra, à l’entrée de la ville. Beaucoup de monde était venu pour saluer François. Son sourire et la joie de le rencontrer donnent déjà l’espérance souhaitée par cette arrivée.


Vœux, joie, partage et espérance. Tels sont les mots qui résument l’état d’esprit lors de la visite apostolique du Pape François du 06 au 08 septembre 2019 à Madagascar

Vœux. Devant le Saint Père, le président malgache, Andry Rajoelina, prêt à reconstruire Madagascar, a renouvelé son serment. C’était au palais présidentiel d’Iavoloha le 7 septembre 2019. Conformément à la demande du pape François de lutter pour le bien commun de tous, le président a promis de donner de son mieux pour éradiquer la pauvrété à Madagascar. « Je veillerai sur les malagasy, je serai à l’écoute, attentif aux plus faibles et aux plus démunis », promet-il. À Ivoloha, le message du Pape a été centré sur le triple service de la dignité de tous, du bien commun pour tous et de la lutte contre la corruption. Il a attiré l’attention de tout un chacun et des responsables étatiques de veiller sur l’environnement à Madagascar qui se dégrade à cause des feux de brousse et de la déforestation. Ici, la rencontre s’est terminée par la plantation d’un baobab, un arbre qui spécifie Madagascar.


Joie et partage. À Soamandrakizay, lieu où le Pape François a rencontré les jeunes, chrétiens ou non, le samedi soir, 7 septembre, la joie était inexprimable. Bien que la poussière fut aussi au rendez-vous sur le site, la joie de la rencontre avec le Saint Père était immense. « Bienvenue Pape François ! Nous voici, nous sommes les jeunes du Pape !», « Tonga soa Papa Fransoa ! Indreto izahay ireto, tanoran’ny Papa ! » Tels furent les mots de bienvenue adressés au Pape par les jeunes venant des quatre coins de la grande Île. Le Pape a exprimé son vif remerciement pour ce bon accueil. Il a exhorté les jeunes à être missionnaires. À l’exemple de Rova Sitraka, âgé de 27 ans, qui avait l’habitude de visiter les prisonniers depuis sa 16ème année, le Pape a exhorté chacun à être «le disciple de Jésus, (qui) ne doit pas rester immobile, se plaindre ni se regarder soi-même; il doit agir et s'engager ! ». Se référant au partage de ce jeune garçon qui a trouvé le Christ, lui et sa famille, à travers cet acte de charité, le Pape François, dans son adresse aux jeunes, souligne que le Christ nous a appelé tout simplement parce qu’il nous aime. «Le Seigneur nous rappelle toujours combien nous sommes précieux à ses yeux, en nous confiant une mission».


Espérance. À Akamasoa, où le Pape s’est rendu après la messe à Soamandrakizay, le dimanche 8 septembre, Pape François et Père Pedro ainsi que les familles d’Andralanitra sont unanimes pour affirmer qu’on peut vaincre la pauvreté. “Nous avons démontré, à Akamasoa, que la pauvreté n’est pas une fatalité”, témoigne le Père Pedro Opeka, devant le Saint Père. “Le miracle continue ici à Akamasoa”, a-t-il dit. “Des familles sont sauvées”. Faniry, âgée de 13 ans peut “aujourd’hui prier et étudier”, témoigne cette jeune fille. Pour Faniry très reconnaissante, et pour tous les habitants d’Andralanitra, ce lieu d’exclusion est devenu un lieu de communion et la visite du Pape les “encourage à faire des efforts tous les jours”. Le Pape, insistant à son tour, les a encouragé à travailler en rappelant que “la foi, si elle n’est pas mise en oeuvre, elle est bel et bien morte”, selon le mot de Saint Jacques. Il a invité par ailleurs les habitants d’Akamasoa à vivre dans la fraternité et la solidarité, et rélève que “Dieu veut le développement personnel de chacun mais surtout le développement communautaire pour qu’il n’y ait plus de pire esclavage”. À sa manière, le Pape confirme la parole du père Opeka qu’ “il n’y pas de pire esclavage que de vivre que chacun pour soi”.


Cette journée s’est terminée par une rencontre avec les consacrés au collège Saint Michel d’Amparibe. Au terme de cette rencontre, le Pape a accueilli particulièrement les Jésuites dans la chapelle du collège, dans une ambiance très fraternelle. Bref, cette visite du Pape à Madagascar a revivifié à nouveau l’espérance de tous les malgaches. Elle a raffermi les chretiens dans leur foi. Que soit benie cette terre malgache!

 

Photos:

Pope mdg

Pope mdg 1