en EN fr FR pt PT es ES

Une nouvelle année académique commence à l’ITCJ

par Amadi Eziokwubundu, SJ

Le théologat jésuite, Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) à Abidjan, a commencé son année académique 2019-2020. La cérémonie d’ouverture de l’année académique s’est déroulée le 14 septembre dans l’amphithéâtre de l’institut sous un climat légèrement humide.

Le vice-chancelier, le Dr. AGBONKHIANMEGHE Orobator, SJ, n’avait pas pu être présent. Il était représenté par le recteur de la communauté jésuite de l’ITCJ, Dr. RABESON Jocelyn, SJ. Dans ses remarques liminaires, le recteur a fait référence aux préférences apostoliques universelles des jésuites : promouvoir le discernement et les Exercices spirituels ; marcher avec les pauvres et les exclus ; accompagner les jeunes ; et prendre soin de notre Maison Commune. Il a ensuite exhorté les étudiant(e)s à agir avec les jésuites en étant d’ardents promoteurs de ces préférences et en les laissant percoler leurs études et leurs interactions avec les gens. Les Préférences, a-t-il dit, pourraient servir de point de référence aux étudiant(e)s pour engager et approfondir les réflexions théologiques, pour la gloire de Dieu.

S’exprimant après le recteur, le Directeur et Doyen ad interim, Dr. MESSINGUE Jean, SJ, a comparé les exercices académiques à des exercices spirituels et a souhaité au personnel et aux étudiant(e)s de l’ITCJ un bon exercice académique semblable à celui des Exercices Spirituels de saint Ignace de Loyola. Tout comme les Exercices invitent les retraitants à s’engager généreusement dans leurs cheminements spirituels, Messingue a supplié les étudiant(e)s d’entrer la nouvelle année avec « un cœur large ». Une telle disposition, a-t-il ajouté, rendra un(e) étudiant(e) non seulement apte à l’excellence académique, mais fera aussi de lui un instrument de qualité pour le service de Dieu et de l’humanité.

De plus, Messingue enjoint aux étudiant(e)s d’aborder les réflexions théologiques avec « profondeur intellectuelle » et « empathie », décrites comme « deux visages d’une médaille ». La profondeur intellectuelle, a-t-il expliqué, stimule et rend un(e) étudiant(e) apte à participer à une grande discussion aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs de l’Église. Pour le directeur, la réflexion et le développement d’une théologie contextuelle qui valorisera à la fois les valeurs autochtones et une bonne inculturation des valeurs, dépendent de l’espace accordé à la profondeur intellectuelle. En ce qui concerne l’autre côté de la médaille, c’est-à-dire l’empathie, Messingue a dit qu’elle précède un acte de compassion et dispose un(e) étudiant(e) à aimer plus véritablement, à être solidaire, à se joindre à l’effort d’éradication, à éradiquer des abus de toutes sortes et le racisme. C’est l’entrée dans une bonne théologie du dialogue. « La profondeur intellectuelle et l’empathie s’enrichissent mutuellement et nous placent dans une bonne position pour servir efficacement, ce qui est le projet de l’ITCJ », conclut-il.

Dans la même veine, le secrétaire académique, Dr. FOLIFACK Aurélien, SJ, a encouragé les étudiant(e)s à mettre leurs casquettes de pensée, de créativité et d’originalité. De son côté, monsieur OUEDRAOGO Basile S.J., le président du Conseil des étudiant(e)s, a remercié l’administration de l’ITCJ pour son effort à assurer une éducation de qualité. Il a exhorté ses camarades étudiant(e)s à approfondir leur « esprit d’appartenance » dans l’espoir de devenir plus disponibles pour les services qui leur seraient demandés.

La conférence inaugurale intitulée « Regard africain sur la dissolution du mariage chrétien : Nouvelles perspectives pastorales » a été donnée par le Dr. NANTCHO Louis, prêtre et vicaire judiciaire de l’archidiocèse d’Abidjan. Réfléchissant aux diverses implications du sacrement du mariage, Nantcho a expliqué que bien que le Droit Canon de l’Église offre des conseils utiles sur la vie conjugale, il est tout autant nécessaire de prendre en compte les valeurs matrimoniales de toutes les sociétés où l’Église existe. S’exprimant sous l’angle d’un Africain, Nantcho a souligné que les valeurs traditionnelles africaines du mariage doivent être valorisées plutôt qu’être considérées comme opposés à la doctrine catholique.

La cérémonie s’est terminée avec la messe votive de l’Esprit Saint. Au cours de son homélie, Mgr. Boniface Ziri, évêque du diocèse d’Abengourou en Côte d’Ivoire, a accentué l’importance de l’humilité. D’après lui, les titres fantaisistes, la richesse, les certificats académiques nous donnent la « grosse tête » tandis qu’être humble nous rappelle que nous ne sommes pas aussi autosuffisants que nous le croyons. Une bonne théologie, a-t-il ajouté, exige de l’humilité et « l’humilité est la clé de la victoire ». Il a aussi noté que l’humilité et la victoire occupent une grande place dans la fête de la Croix Glorieuse, et que cette fête devrait renouveler la façon dont nous souffrons et compatissons avec ceux qui souffrent aux quatre coins du monde. Il a dit que le rôle d’institutions telles que l’ITCJ est de former des hommes et des femmes pour la mission de Dieu, pour une Afrique qui est « dynamique, prophétique et réconciliée ».

ITCJ academic opening 1