en EN fr FR pt PT es ES

Formation des laïcs : messe de clôture à Abidjan

Par Loïc Mben, sj

Samedi dernier, le 15 juin 2019, l’Ecole de Formation Théologique et Spirituel (en abrégé ECOFORTS) de l’Institut Théologique de la Compagnie de Jésus d’Abidjan a eu ses activités de clôture pour le compte de l’année 2018-2019. C’était l’occasion de travail le bon travail abattu par les étudiant/e/s et les enseignants à l’ECOFORTS durant l’année écoulée.

La formation qui a débuté la première semaine d’octobre 2018 s’est achevée durant le deuxième samedi de juin 2019. Les cours avaient lieu les samedis matins de 8h30 à 12h30. Cette année marquait la cinquième année du programme qui a évolué au cours des années pour avoir sa forme présente. 

La formation comporte neuf modules qui sont enseignées progressivement : « je crois », la question de Dieu dans l’existence humaine, morale et doctrine sociale de l’Eglise, histoire du christianisme, pour mieux vivre la liturgie et les sacrements, la spiritualité et vie de prière, le laïcat dans la vie de l’Eglise, l’Ancien testament et le Nouveau testament. Les professeurs permanents de l’ITCJ se dévouent les samedis pour enseigner chacun une section. Ce sont les pères Rodrigue Naortangar, sj, Jocelyn Rabeson, sj, Loïc Mben, sj, Anicet N’teba, sj, Gauthier Malulu Lock, sj, Allegbe François d’Assise, sj, et Alexandre Ngandu, sj. Nos étudiants sont des adultes à partir de la trentaine en montant et des professionnels

L’articulation majeure de la journée était la messe programmée à 11h45. Avant cela, il y a eu un temps d’évaluation de l’année impliquant le Père Loïc Mben, sj, directeur de l’ECOFORTS et les étudiant/e/s entre 10h00 et 11h20. Les impressions sur la qualité des cours dispensés sont généralement positives et la plainte principale concernait le temps insuffisant alloué par modules. Après cette évaluation, vint la messe présidée par le père Mben, sj, concélébrée par les pères Rabeson, sj, recteur de la communauté jésuite, N’teba, sj, le directeur et doyen de l’Institut de théologie, Malulu, sj, le père spirituel du théologat, Allegbe, sj, l’économe, et le père Naortangar, sj. Les étudiant/e/s étaient chargé/e/s de l’animation de la liturgie à travers le choix et l’exécution des chants et la lecture. Le Père N’Teba, sj, a proclamé l’évangile et le père Mben, sj, a prêché. A la fin de l’eucharistie, les six lauréats —trois femmes et trois hommes— ont reçu leur certificat d’initiation à la théologie chrétienne.

training of laity 2En plus du certificat régulier, un prix de l’excellence a été introduit. Ce dernier a été attribué à Koffi Marie-Jeanne qui s’est distinguée par son dévouement (elle venait d’une autre ville proche d’Abidjan pour les cours), sa ponctualité (toujours la première à arriver) et son assiduité. Elle ne s’y attendait pas et a versé quelques larmes de joie lorsque le père Rabeson, sj, lui remit son prix.

En plus de cela, deux importantes annonces ont été faites. Tout d’abord, dès octobre prochain, il y aura le lancement de la formation continue pour les ancien/ne/s de l’ECOFORTS. Ensuite, il y a la publication prochaine du premier numéro de la collection Hammanien Fê (bonne nouvelle en Baoulé), qui permettra à un vaste public d’avoir accès aux notes de cours de l’ECOFORTS. Après la conclusion de l’eucharistie, les lauréats, les jésuites et autres amis se sont retrouvés pour partager le repas commun —préparé par les étudiantes— sur l’esplanade de l’amphithéâtre de l’Institut.