NEWS & EVENTS
en EN fr FR pt PT es ES

Pansant les blessures d’abus sexuels et de visionnage d’un avenir meilleur

Par Amadi Eziokwubundu SJ

Comme les rapports d’abus sexuels par les prêtres catholiques continuent de faire les manchettes sur les médias, l’engagement de l’Église à combattre le problème s’est renforcé au fil du temps. Les institutions catholiques du monde entier déploient des efforts concertés pour éradiquer la culture d’abus sexuels, la perte d’intégrité, la confusion qui en résulte et le discrédit de la mission de l’Église.

Récemment – le 7 février 2019 – le Child Protection Office de l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) a dirigé la communauté académique de l’ITCJ à travers une conversation sur les abus sexuels dans l’Église. La conversation a marqué la fin d’une semaine de session sur la communication, au cours de laquelle les étudiants ont été engagés dans des réflexions théologiques sur l’utilisation des médias sociaux pour la socialisation et pour l’évangélisation.

Le Père Jean Messingue SJ, qui a présidé ces assises la conversation a dit au rassemblement que les statistiques montraient que le phénomène des abus sexuels dans l’Église n’est pas particulier à certaines parties du monde. Ajoutant que c’est un problème qui touche le monde entier, il a encouragé les étudiants et la Faculté et d’autres employés de l’ITCJ à approfondir leur connaissance du phénomène des abus sexuels dans l’Église. La lutte contre les abus sexuels dans et à l’extérieur de l’Église, selon lui, exige que tout les monde soient sur le pont plus tôt que tard

C’était aussi une occasion pour la présentation des efforts de l’ITCJ contre les abus sexuels. Le Père Messingue a expliqué que l’ITCJ participera aux efforts de l’Église pour construire une Église exempte des abus sexuels. Cela, a-t-il ajouté, sera réalisé en mettant davantage l’accent sur la formation des prêtres, des religieux et des laïcs travailleurs dans les champs pastoraux, qui sont disposés et professionnellement bien préparés à promouvoir la culture du respect et de la préservation de la vie et de la protection contre les abus en l’Église, ainsi que dans les familles.

Par ailleurs, le Père Messingue a ajouté que, compte tenu de la contribution de l’ITCJ à la lutte contre les abus sexuels qui se perpètre actuellement dans l’Église, le théologat a adopté cinq principes éthiques fondamentaux : « le respect de la dignité humaine, la justice, la fidélité, faire du bien et primum non nocere (avant tout ne pas faire du mal). L’ITCJ a l’espoir que sa contribution ajouterait des coudées des efforts aux mesures existantes en vue de panser les blessures des abus sexuels dans l’Église et faciliterait une meilleure disposition des ministres pour les ministères dans l’avenir.